mardi 13 août 2013

Écrit de jeunesse.





Dessin de jeunesse


Sois indulgent avec moi. Je t'offre ce soir un divertissement vintage. Un texte de jeunesse paru dans un obscur journal étudiant. Gâte-toi. C'est de la bombe. Yéa!


Le pigeon ou quand les phallus s’en mêlent

            Raoul Rouillard était court sur patte.  Son torse bombait de surprenante façon.  Malgré ses vingt-trois ans, ses cheveux grisonnaient.  Il les peignait et lissait vers l’arrière.  En regardant son visage, on tombait sur un petit nez et de maigres joues, on remarquait surtout ses yeux enfoncés et rouges.  Le tatouage sur son avant-bras représentait la terre autour de laquelle tournait un pigeon.  Il conférait à Raoul un air de dur.  Raoul se déplaçait avec aisance et grâce.  De plus, si on l’observait longtemps, on sentait qu’il s’envolerait.

            Il habitait un logement d’une pièce et demie.  Une odeur de friture flottait car à l’instar des pigeons, Raoul se nourrissait exclusivement de frites.  La demie était un cabinet d’aisance fort exigu.  La pièce devenait tour à tour sa cuisine, son bureau de travail et son baisodrôme.  Sur le sol, le divan lit, la table, au cabinet on trouvait ses bouquins ornithologiques.  Quelques romans trônaient sur la radio.  Parmi ceux-ci, on remarquait La revanche des phallus.  Ce livre lui avait été offert par sa petite amie.  Petite convenait particulièrement à Colombe.  Elle était naine.

            Raoul et Colombe se fréquentaient depuis deux ans.  Ils s’aimaient profondément.  Pour Raoul, les yeux verts de sa copine évoquaient des émeraudes, ses cheveux blonds des fils d’or.  Il adorait tellement Colombe qu’il avait cessé de voyager.  Ils étudiaient tous deux à l’université.  Colombe terminait un doctorat en sexologie.  Sa thèse portait sur « Le cunnilingus et la fellation chez les petites personnes. »  D’ailleurs, Raoul s’était soumis à certaines de ses expériences.

            Il tentait aussi de mettre fin à sa thèse « L’euthanasie chez le pigeon voyageur en captivité. »  Sa recherche piétinait tel un pigeon devant une frite.  De plus, l’université arrivait à lui insuffler un dégoût pour l’ornithologie.  Les théories universitaires s’éloignaient, selon lui, de la réalité.  Il baignait malgré cela dans le bonheur, et ce, grâce à l’amour de Colombe.

            Le malheur, fiente de pigeon s’écrasant sur le sol, frappa sa vie.  Colombe mourut.  La syphilis ne pardonnait pas.  Il n’en fallait pas plus.  Raoul leva les feutres, il quitta tout.  Il sauta dans sa guimbarde.  Il n’emmenait que certains vêtements et un roman La revanche des phallus.  Raoul se dirigeait vers le pigeonnier.  Il se trouvait dans un laboratoire à l’université.

            En arrivant sur les lieux, il entra dans le labo et reçu sur le tatouage une énorme fiente pigeonnesque.  Raoul Rouillard compris l’euthanasie chez les pigeons.  La cause : la captivité.  Le chat sortait du sac au moment où la matière fécale toucha son épiderme.  Trop tard, il pensa à Colombe.  Désespoir.  Il s’empara de la mangeoire pleine de frites ondulées et la lança de toutes ses forces dans la lucarne surplombant le pigeonnier.  En éclatant, elle lui rappela le premier baiser donné à sa douce Colombe.  La lucarne se dispersait dans le laboratoire, en milliers de morceaux de verre.  Les pigeons s’envolèrent vers le Burkina Facho, la Roussie, l’Astralie, l’inévitable Bindansdesh, le Sauce Chili, la Norvedge, la Syldavie, le Bongo, l’Ingre, le Grésil, la Mondolie, le Kénada, le Lichtonstime, etc...  et même chez le Capitaine Poulet pour goûter ses excellentes frites dont Raoul leur avait vanté la saveur.  L’euphorie des pigeons était contagieuse.  Elle s’empara de Raoul.

            Il conduisait sa guimbarde.  Une voiture brune et rouillée.  La radio de l’auto crachait les larmoiements d’Édith Paf.  Elle ne regrettait rien.  Raoul aussi.  Cependant, un curieux mélange de postillons et de larmes mouillait ses vêtements.  La radio l’aspergeait.  La revanche des phallus reposait sur le tableau de bord.  Raoul se dirigeait vers l’Urope.  Il y rêvait depuis quelques temps.  Pour s’y rendre, il devrait traverser le PONT.  Hé oui!  Il chevauchait l’océan entre New-Yark et Tarochelle.
            Il dormait en conduisant, alors, sa voiture gardait mieux la route.  La radio vomissait comme une truie.  La banquette dégoulinait de vomissures biliaires des plus fétides...  La circulation devenait de plus en plus dense et danse.  Les indications routières affirmaient qu’il approchait de Big Ape.  Il n’en croyait rien et débuta la lecture de La revanche des phallus.

            Un phallus était un être à mi-chemin entre l’homme et le pénis.  Sur sa tête, le gland, s’ouvraient deux yeux vitreux.  Entre eux, sa bouche, l’urètre, souriait toujours verticalement.  À sa base, jonchait un petit nez retroussé.  Au milieu du membre, s’animaient deux mains.  Sans bras.  L’être marchait grâce à ses testicules faisant office de jambes.

            Une tribu de phallus vivait donc dans le désert.  Mais une épidémie de syphilis tua les femelles.  Dick, le chef, devait prendre une décision.  Oui, la tribu des phallus partirait pour rechercher les cavernes enchantées des légendes phalliques.  Quelques heures plus tard, ils quittèrent le village, Dick en tête de peloton.

            Suite à trois jours de marche dans le désert, les phallus arrivèrent devant une grotte.  Elle nichait à la base d’une dune immense.
-Qui m’aime me suive! gueula Dick.
Les phallus s’engouffrèrent tous à la suite de leur chef.  Ils aimaient et respectaient tous Dick.  Ils le suivraient partout, même dans les fours de l’enfer...  l’obscurité, où ils étaient plongés, évoquait d’ailleurs ces ténèbres.

            Raoul Rouillard cessa sa lecture. Il roulait sur la quarante deuxième rue, en plein cœur de New-Yark! Il n’avait pas entendu les klaxons et les moteurs des autres véhicules. Il n’avait pas vu les impressionnants buildings et surtout, Raoul n’avait pas senti les hot-dogs. Il décida de s’arrêter à une station service. Il y bouffa des frites vinaigrées comme sa vie. Il vit dans sa mémoire torturée le regard d’émeraude de sa belle.
Cette pensée sonna l’appel de l’Urope.

            Il partit. Il se dirigea vers le pont. Soudain, il apparut. Long ruban de béton perpétuel flottant au dessus de l’océan. Sa voiture brune l’emprunta. La radio gardait silence. Comme ses pigeons Raoul Rouillard allait quelque part. Dans son rétroviseur, New-Yark, disparaissait. La radio recommença à le doucher de larmes postillonneuses. Évidemment, elles ne regrettaient rien. Les vagues défilaient sous le pont au rythme des pistons de son auto. Des voitures, il n’en croisa pas. Des goélands, des mouettes, des albatros survolaient continuellement le pont. Certains oiseaux s’aventuraient devant la guimbarde, elle roulait tout de même à vive allure. L’esprit d’ornithologue de Raoul frémissait à l’idée de cogner un oiseau. Il se remit quand même à lire.

            Malgré, l’odeur de merde et l’humidité les phallus ne pensaient pas se trouver dans des égouts. Ils se trompaient tous. Ils marchaient dans les égouts de Vladivostok. Cet endroit, seul les rats le fréquentaient et la secte des Lubrifiés. Il s’agissait d’une secte de pédérastes. Ils enlevaient de jeunes garçons et venaient sacrifier leurs jeunes anus dans ce lieu humide. Ensuite, ils immolaient leur victime en priant KY le dieu des lubrifiants. Lorsqu’ils entendirent la tribu de phallus, ils jubilèrent. Des phallus venant à eux. KY avait exaucé leurs prières. Ils s’empressèrent de charger Dick et ses amis.

            Les phallus étaient beaucoup moins nombreux que les pédérastes. Cependant, ils se défendaient bien. De plus, ils combattaient armés d’épées phalliques. Les cris de souffrantes jouissances des pédérastes résonnaient dans tous les égouts de Vladivostok. Il semblait qu’ils prenaient plaisir à mourir sous les coups de Dick et compagnie.

            Les phallus achevèrent les pédérastes. Plus jamais, d’innocents anus sacrifiés au Dieu KY. En fouillant les cadavres, Dick découvrit une carte fluorescente. Un plan des égouts de Vladivostok!

            $@®¥$SCHPOUOUTTRRSSSZZZZ!! La voiture frappa quelque chose. Le bruit sortit Raoul de sa lecture. Il gara sa guimbarde sur l’accotement. La surprise était telle qu’il ne déposa pas La revanche des phallus.   Il sortit de l’auto. Aussitôt, La radio se mit à chier dans le ventilo. La matière fécale vola dans tous les sens  et recouvrit rapidement la banquette.

            Il se dirigea à l’avant de son véhicule. Horreur.
            -Enfer et damnations! Sang et tripes! Pauvre oiseau, beugla-t-il.
            Un oiseau s’imprégnait dans le pare-chocs, le crâne éclaté. Plus encore, en l’observant, Raoul le reconnu. C’était Hubert, le suicidaire. Le seul pigeon dépressif que l’univers ait porté. L’unique représentant neurasthénique de sa race que Raoul ait connu. La mort de l’oiseau lui rappela sa Colombe. Les larmes coulaient bien malgré lui. Il pleurait pour Hubert mais surtout pour sa bien-décèdée. La radio chiait toujours. Puis sous le poids de la merde, le pont défonça. La guimbarde brune tomba dans l’océan. Elle laissa un trou béant là où elle se trouvait. Cet événement ramena Raoul à la réalité. Il n’avait plus de véhicule, mais il désirait toujours l’Europe. Raoul marcherait vers Tarochelle en lisant.

            Grâce au plan, les phallus réussirent à sortir des égouts. Malheureusement, ils débouchèrent sur un désert. Ils n’avaient d’autre choix, continuer leur quête. Ils marchaient toujours vers les cavernes enchantées. Ils avancèrent pendant des jours. Dick et ses amis allaient se dessécher. Ils aperçurent alors, au loin, un oasis.

            Hallucinations, non. La tribu courut vers ce point d’eau. Tout y grouillait de réalité et de vie, surtout les nymphomanes qui l’habitaient. Cette bande de jolies rousses s’amourachèrent des phallus. Elles n’avaient aucune idée sur l’emplacement des cavernes enchantées. À la vue de ces beaux corps, les phallus oublièrent bien vite les cavernes. Elles n’existaient probablement pas. ORGIES. Les phallus crachaient de bonheur. Dick et sa tribu vécurent heureux dans les bras des nymphomanes rousses.
            FIN.

            La revanche des phallus se terminait en queue de poisson. Ce roman demeurait le seul souvenir de sa Colombe. Raoul monta sur le parapet. Il regarda l’océan. Il y lança le roman. PLOUF!
            -Colombe!...
            Raoul Rouillard allait-il s’envoler tel un pigeon?
            Raoul Rouillard allait-il en finir tel un Hubert?

            Non. Non. Il sauta sur le trottoir et continua sa route vers l’Europe. Il rêvait au paradis rencontré par Dick. Il dégaina son pouce et fit de l’auto-stop. Raoul Rouillard souhaitait trouver son oasis.

FIN.




36 commentaires:

  1. je lis pas toutes tes conneries.
    la prochaine fois que j'aurais envie de lire quelque chose, ce sera mon roman...

    qui vient pas, mébon.

    oui, ton zizi en marron sur fond noir reste lépreux dans nos âmes... en guise de présentation...

    mais à l'instar d'un bouchard merdique, et qui pue,je préfère désormais m'en foutre, de ta rut à deux balles.

    car tu restes en moi malgré toi :

    https://www.youtube.com/watch?v=gkqfpkTTy2w

    adieu

    RépondreSupprimer
  2. quand tu te rends compte que sonic yout était juste de l'ego de marde

    ben tu vas te faire cuire un poisson :

    http://www.youtube.com/watch?v=y1m_wLlkkgw

    (je suis JUIF, oui, j'avoue!!!

    bande de pédés!!!

    RépondreSupprimer
  3. Je suis une american woman, c'est pour ça que marche nous. C'est la réciprocité. Le poisson, c'est mieux que le poison.

    Ton zizi, il sera dans ton roman qui vient pas?

    bises pédales

    RépondreSupprimer
  4. coua ????

    tu crois m'impresinoner ???

    vas chier :

    http://www.youtube.com/watch?v=H4BsbBnlADU

    RépondreSupprimer
  5. https://www.youtube.com/watch?v=V782qC5gFgc

    RépondreSupprimer
  6. Bordel de merde! C'est toi qui m'impressionne. Dis donc! Je suis un peu dur de la feuille, j'avais d'abord entendu: ''j'aimerais qu'elle fasse le premier pet...'' Je trouvais ça vachement romantique quand j'ai enfin compris qu'il parlait du premier pas. J'ai été crissement déçu. Dis, tu trouves pas que claude michel shnitzel ressemble à Pavarotti svelte?

    Prends soin de toi petit con.

    Bises qui frisent

    RépondreSupprimer
  7. pi Raoul Rouillard valait bien mieux que toutes tes soubasseries d'insultes soumisent en "petit con" lécheuses de mon cul dont seule ta langue PUTRIDE ne veut plus, espèce de petit rondillard de tes muscles du sphinKtoroom.

    pfffffffff!!!

    chuis sûr que t'as jamais fait les courses en compagnie de MCP, (LA, MCP, et pas la emcée éféminée dont nous radote ce vieux croulant de Misstroll) alors kesse tu crois m'apprendre sur la vie en prizunik, hun ?

    j'ai des esthètes, quoi ?

    t'en doutes encore ?

    vas plutôt te faire une bonne bière :

    http://www.youtube.com/watch?v=XC78X5DmABw

    BISE!!

    (+ si tu pouvais m'envoyer 167 000 kilos de marijuana PURE par la POSTE JAUNE et BLEUE, comme au BANVIEUTANT, ben ce serait la moindre des chozes, vieux chinze savant!!!)

    RépondreSupprimer
  8. Je te fourgue la marijane dans une ou deux enveloppes brunes. Garde un œil sur le facteur.


    bises au thc

    RépondreSupprimer
  9. et stipule leur bien que c'est pour une conso personelle, et par pour revendre, sinon, on finit en prisonik, comme au monoPOLLY :

    https://www.youtube.com/watch?v=U75K7qHK7ec

    BIZE!!!

    RépondreSupprimer
  10. Bise à Polly pour moua! Dis, j'ai écrit que c'était un cadeau d'anniversaire. Tu crois que ça va passer comme une lettre à la poste?

    On se fait un p’tit MonoPOLLY?

    RépondreSupprimer
  11. chépa
    cht'emmerde :

    c'est tout ce que je sais :

    https://www.youtube.com/watch?v=d02e_QAUMp8

    adieu, bise

    RépondreSupprimer
  12. quand tu m'emmerdes, je t'aime...on dirait le titre d'une mauvaise chanson de GainzBar!

    à bientôt!

    bises nazes

    http://www.youtube.com/watch?v=L_f-XjJVCBM

    RépondreSupprimer
  13. Pas besoin d'indulgence, je t'accorde l'absolution complète et inconditionnelle.

    le disciple de Bobosse

    RépondreSupprimer
  14. Ouin, mais si j'ai l'absolution complète et inconditionnelle d'une neurone, qu'est-ce que je peux espérer de Dieu maintenant? Il m'apparait bien faible par rapport à une neurone, surtout ectopique. Bienvenue en enfer, neurone ectopique!

    RépondreSupprimer
  15. protèges-ton cerveau, quitte à te caller du papier alluminium entre soi et son ombre, la nuit, durant les parties creusant en toi la défiguration de l'être intérieur par les gros salopards :

    http://www.youtube.com/watch?v=uFWpDECKqFA#at=93

    bise!!

    RépondreSupprimer
  16. Armé d'un phallus énergétique je leur foutrai des coups de glands gluants à leurs sales gueules de salopards.


    bises

    RépondreSupprimer
  17. ta gueule, fumier :

    https://www.youtube.com/watch?v=9AlH2oYedfk

    manu

    RépondreSupprimer
  18. pour que la fève perce :

    https://www.youtube.com/watch?v=cUjZjyIyNoE

    RépondreSupprimer
  19. unam,


    les fèves me font péter, donc je les évite.



    bises xx

    RépondreSupprimer
  20. c'est quoi cette bataille avec jean Con ?

    RépondreSupprimer
  21. chère brebis curieuse,

    Pas de bataille avec jean con.Des échanges fraternellement viriles meublent notre relation. Simple comme bonjour.


    http://www.youtube.com/watch?v=-UOH1BLo6H4


    RépondreSupprimer
  22. chère brebis curieuse,

    Pas de bataille avec jean con.Des échanges fraternellement viriles meublent notre relation. Simple comme bonjour.


    http://www.youtube.com/watch?v=-UOH1BLo6H4


    RépondreSupprimer
  23. chère brebis curieuse,

    Pas de bataille avec jean con.Des échanges fraternellement viriles meublent notre relation. Simple comme bonjour.


    http://www.youtube.com/watch?v=-UOH1BLo6H4


    RépondreSupprimer
  24. chère Breb de galle, entre nous et flash, ça tient à peu près à ç(h)a, en théorie :

    https://www.youtube.com/watch?v=-WiwNekNJGA

    mais que nous restons des chibres hirsutement sanguins et vivants! vec des bandaisons nous irrigant intrinsèquement les sens malgré les insinuations anti-femmes qui castrent selon la secte-solanas restant inconsciemment pro capital, en gros, oilà...

    et biensur "malgré leur volonté", biensur.

    la solidarité masculine

    RépondreSupprimer
  25. nous sommes le vide turgescent n°61, en gros

    (pour faire plaizir aux vizirs pro-solanas, dont je suis et ne suis pas.. car ils (ouelles) cherchent désespérément à nous DéFINIR, nous éTIQUEter, car ils/elles ont PEUR, et se doivent de GéRER leur environnement plus ou moins immédiat en vue d'instaurer une stabilité sociétale nouvelle, et tenant compte des espoirs et souffrances endurées par les générations nous ayant enfantés...

    le malheur du féminisme juskauboutiste et castrateur aura été de REprendre à son compte l'ancien rÔle du phallus en le ré-incorporant à sa propre notion (ou chion, pourire) de la niouvelle hyérarCHIE, en l'appelant réflèxement : "JUSTE RETOUR DES CHOSES".

    mézon ne trouve aucune paix dans la vANGEance, sinon celle du sang appelant le sang nouvo. et donc, erreur venant du fait que "prendre la tendresse pour un piège", fut l'une des trahisons intrinchèques inclujes dans la maniputation sphinctale comprise dans les niouvelles valantés d'émanchipachion...

    et donc, mao était un roua.

    RépondreSupprimer
  26. pour te faire chialer tout ton foutre par tous les pores humides-transits qui irriguent notre foi en LE MILIEU promis par LE MAITRE, et qui y goutent :

    https://www.youtube.com/watch?v=jCgv2INQXFY

    et que selon que le remède serait ça :

    https://www.youtube.com/watch?v=MXHGTD-N8Xc

    adieu, in-chat-là, prends choin

    RépondreSupprimer
  27. Sacré jipi!


    J'aime l'aisance avec laquelle tu passe de l'insipide cabrel aux déjantés swans! Pour la castration, on commence par qui?

    bises xx

    https://www.youtube.com/watch?v=B1p_MPe7CRU

    RépondreSupprimer
  28. http://www.youtube.com/watch?v=5TaDONV2EU8

    RépondreSupprimer
  29. c'est de la frode aux bidules étranges.
    y m'ont mastiké juska l'osmoze!!

    je suis 1capable de faire la différence, NOWADAYS... j'y peux plus, je m'adhère à la mort de mes muscles-os devenus la moréléctrique, mais j'ai bezouIIIIInnnn! de jouir pour POUVOIR!!!

    (mépaTUé, car C sale :

    http://www.youtube.com/watch?v=gDpGudiB6Is

    RépondreSupprimer
  30. ton pauvre jp MCP4 septembre 2013 à 15:22

    faire la différence entre la vie et la mort, c'est ne pas s'accepter tel que l'on est. schizophrénie.

    nous sommes la vie et la mort.

    le "sale" ?

    qu'appelles tu le sale ?

    ça :

    http://www.youtube.com/watch?v=WaBGR3CfLxA

    (j'avoue t'avoir FOUTUE la dose, mébon... je suis seul. et potentiel, sans issue. alors en attendant un eporte de sortie, je t'aime comme je le peux.... transitement, pour être honnête. mais saches que partout, ou que je sois, tu pourras dormir par-terre chez moi, ou même à ma place de roi destitué, sur mon lit. car je peux très bien dormir par-terre moi-même pour redonner mieux l'envie de vivre et de se régénérer à un AMI (toi = AMI)

    vulgarité :

    http://www.youtube.com/watch?v=ARSwfPP5l3g

    (mais je ne suis pas elle (cette vulgaire conasse qui tripe sur du vangelis amélioré à la sauce pop...

    car MOI, je suis :

    http://www.youtube.com/watch?v=fbbmZenxtVI

    (mais sans les orchestrations de merde, et avec :

    http://www.youtube.com/watch?v=kUr8wj3nG9c

    RépondreSupprimer
  31. http://www.youtube.com/watch?v=z-1Kd0sSBVQ

    RépondreSupprimer
  32. j'ai honte de moi
    pas trop
    ça va

    c'est lr délire :

    http://www.youtube.com/watch?v=XCvs5pqsMEA

    j'ai les membres qui répondent pas :

    http://www.youtube.com/watch?v=kiOl2iV1MU8

    ma mrie défonccée aux hormones

    RépondreSupprimer
  33. http://www.youtube.com/watch?v=JhM6V46RVYw

    RépondreSupprimer